AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 unconditionally

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tobias Thacker

avatar

MESSAGES : 34
PSEUDO : n-dia, aurore
CRÉDITS : avatar@n-dia, gif@doctorfollowill.tmblr
STATUS : single

HEART OF GOLD ✯
Adresse:
Répertoire:
Disponibilité: dispo (à voir par mp)

MessageSujet: unconditionally   Dim 24 Nov - 6:11



TOBIAS THACKER

"I know every engineer on every train
All of their children, and all of their names"
silver-lining-boys@tumblr / artist ~ song.


{ COCA COLA COWBOY }
NOM COMPLETTobias. Gamin, on l'a bien plus appelé Tobby que par son vrai prénom. Avec le temps, il s'y fait à cette appellation. A ce surnom coloré de sa jeunesse candide et de sa naïveté d'antan. La plupart des gens, ici, l'ont connu sous ce (pré)nom : Tobby. Le petit Tobby est le fils de Ronald Thacker. Il porte fièrement le nom de son père aujourd'hui défunt.  ÂGE ○ Il a vingt-sept ans. Un détail superflu dont personne ne prête attention. DATE ET LIEU DE NAISSANCE ○ C'est un certain treize février que Tobias est né, à ville. NATIONALITÉ ET ORIGINE ○ 100% american. Américain de la tête aux pieds, du haut de son chapeau de paille jusqu'aux pointes de ses boots. On lui prêterait des origines très (très très) lointaine anglaise. Origine qu'il renie. OCCUPATION ○ Tobias enfant rêvait d'être troubadour. D'être l'un de ces hommes qui se donnait en spectacle, le soir, dans l'un des bars réputés de la ville. Une guitare sous le bras. Mais Tobias enfant était bien trop songeur. Tobias a depuis bien longtemps enfoui son rêve d'enfant. Il travaille dans un ranch appartement à ce brave homme qui a bien voulu lui donner sa chance.  ÉTAT CIVIL ○ Un cœur abandonné sur l'autoroute de la vie. Célibataire comme le commun des mortels disent. Célibataire, il est. POIDS ET TAILLE ○ Il est doté d'une corpulence assez imposante et athlétique. Tobias est un homme robuste et fort. Sa taille peut en impressionner certain(e)s. A vue d’œil, il mesurerait un mètre quatre-vingt-dix ou quelque-chose comme ça.  STYLE VESTIMENTAIRE ○ Il n'a jamais prêté d'attention à ce que l'on appelle "style vestimentaire". Il n'appartient à aucun style prédéfini par les normes de la Société. Tout du moins, c'est ce qu'il se dit. Une chemise, un jean sali et des boots ? Comment vous définiriez-vous ça, vous ?  CARACTÉRISTIQUES ○ Tobias ne possède aucun tatouage, ni piercing d'ailleurs. L'idée de se faire tatouer ou percer ne lui est jamais venue à l'esprit. Il ne quitte jamais sa chaîne, ni sa chevalière qui a appartenu à son père.

{ WHISKEY IN THE JAR }
Kingston n’a plus aucun de secret pour lui. C’est ici qu’il est né, ici qu’il a grandi, ici qu’il vit. Ici qu’il a appris de ses erreurs. Ici qu’il a fait son parcours d’adolescent farouche et faussement désabusé pour devenir ce gaillard. Il connait les moindres recoins de la ville. Gamin, il s’aventurait jusqu’à pas d’heure dans les innombrables ruelles qui dessinaient la petite ville. Il a passé son enfance dans une maison familiale, bâtie par son arrière-grand-père, située légèrement à l’extérieur du cœur villageois. Une maison où tout un tas de souvenirs s’est accumulé au fil des années. Au fil de sa vie. ★ Suite à sa séparation avec sa fiancée – ou plutôt ancienne fiancée, serait-il plus judicieux de dire – Tobias fut contraint de retourner vivre chez sa mère, dans cette fameuse maison.  ★ Sa mère a toujours été très protectrice avec lui. Peut-être un peu trop, selon le concerné. Elle l’a toujours identifié et comparé à son mari, Ronald Thacker. Tobias lui ressemble comme une goutte d’eau, d’après ses dires. Le portrait craché de son paternel. Son père est mort alors qu’il n’avait que vingt-deux ans. Chaque année, le jour de la mort de l’homme de famille, la famille Thacker va se recueillir sur sa tombe et déposer une gerbe de fleurs. ★ Sa jeune sœur Marilou compte beaucoup pour lui. Non seulement parce qu’elle a su lui prodiguer de précieux conseils en matière de filles lorsqu’il était adolescent. Il a toujours pris très à cœur son rôle de grand frère. Le rôle du protecteur qui devait veiller sur sa sœur.  ★ Il prête beaucoup d’importance à la notion de famille. Il rêve lui aussi de fonder à son tour sa propre famille. Bien que ce rêve est bien trop souvent prêté à la gente féminine. Avouez que l’on entend bien plus souvent une femme clamer vouloir fonder une famille qu’un homme. ★ Tobias est un homme à qui l’on ne pourrait pas vraiment lui prêter l’âme d’un garçon sensible. Et pourtant quand il est amoureux, il s’avère être un homme délicat teinté d’une tendresse et d’un certain romantisme. Il n’a jamais prétendu être un homme parfait. Il est imparfait. Il n’a d’ailleurs connu qu’une seule vraie histoire d’amour. Une romance qui lui avait fait espérer pouvoir fonder cette famille. Une romance qui a duré quatre ans. Il se voyait déjà lui mettre la bague aux doigts, avoir deux enfants avec elle, acheter une maison et investir dans une voiture bien plus familiale que celle qu’il ne possède déjà. Elle a rompu, il y a quelques mois, alors qu’il l’avait demandé en fiançailles. Elle l’a abandonné pour un homme à la situation bien plus facile et aisé que lui. Il a encore un peu de mal à se remettre de cette douloureuse histoire. ★ Il n’a jamais connu l’argent facile. Pour lui, l’argent doit se mériter et pour ceci, il faut travailler d’arrache-pied. Il a toujours été un jeune homme volontaire et investi dans son travail. Ceci peut en partie s’expliquer par le fait qu’il travaille avec ces bêtes qui le fascinent depuis sa plus tendre enfance : les chevaux. Il a mis le pied à l’étrier très tôt. Bien avant de savoir marcher correctement tout seul, parait-il.  Ce n’est pas en lisant des bouquins qu’il a accru sa connaissance équine, mais bel et bien en les observant. En observant leur comportement. Tobias est un fin observateur qui prête attention aux moindres détails. ★ Il a une guitare rangée dans le grenier de la maison. Sa précieuse prend à présent poussières. Adorateur de musique country, c’est tout naturellement qu’il avait eu envie de se mettre à la musique lorsqu’il était adolescent. Il a longtemps gardé pour lui ce rêve de monter sur scène. Un fantasme inavoué qu’il a enterré. Rares sont les personnes qui connaissent son goût pour la musique et savent qu’il en joue. A défaut de monter sur scène la guitare sous le bras, il se prend au jeu de pousser la chansonnette lors des soirées karaoké. ★ Tobias a un très bon coup de fourchette. A cela s’ajoute un pseudo-talent de cuisinier. Sa mère avait tenu à lui apprendre à cuisiner. Afin de faire de lui, le mari idéal. Parait-il que les hommes bons à marier étaient ceux qui savaient cuisiner. C’était ce que sa mère lui répétait tout le temps. Apparemment, ce n’est qu’une expression inventée par la gente féminine pour inciter les hommes à cuisiner. ★ Il ne se laisse que très rarement se prêter au jeu de la séduction. Il faut dire qu’il n’a jamais été le genre d’hommes à collectionner les idylles éphémères. Lorsqu’il veut montrer un soupçon de ses ressentis – ou sentiments – il est toujours quelque peu maladroit. Ce qui contraste fortement avec ses airs robustes et confiants qui le caractérisent.  

my heart won't lie
CHOCOLAT OU VANILLE ○ Ni l'un ni l'autre. Le chocolat est bien trop associé aux femmes et à leur fameuse déprime - ou dépression, quel mot est le plus correct d'ailleurs ? La vanille a un goût bien trop doux, bien trop sucré pour lui. Un goût bien trop féminin en somme.  SUCRÉ OU SALÉ ○ Sans hésité, son choix se tournera pour le salé.  IMPERMÉABLE OU PARAPLUIE ○ Un bon vieux imper. Très franchement, vous l'imaginez un parapluie à la main ? Un peu de sérieux... non. VILLE OU CAMPAGNE ○ Ville, rien qu'à prononcer ce mot... il grimace. Il est attaché à la nature et à cet havre de paix que peut lui offrir Mère Nature. NUIT OU JOUR ○ Un peu des deux. Disons plus entre le jour et la nuit. Ce moment précieux où le soleil se couche, laissant alors Dame Lune prendre le pouvoir du royaume Ciel. PAPAYE OU MANGUE ○ Sans importance. Les deux sont des fruits aphrodisiaques, parait-il. Ce n'est pas pour cela qu'il en ferait une cure afin de stimuler son appétit sexuel.  PANTALON OU SHORTS ○ Pantalon. Le seul short qu'il porte est son short de bain. Qu'il porte l'été. Lors des rares fois où il va se baigner. BLANC OU NOIR ○ Gris ? Disons blanc alors. Couleur de l'innocence, de la pureté. Non pas qu'il ait la prétention de se définir par ces termes-ci.  CHIEN OU CHAT ○ Le Chien. Parait-il que c'est le meilleur ami de l'homme.


{ WHERE THE STARS GO BLUE }
PSEUDO, PRÉNOM ○ n-dia, aurore pour les copains AVATAR ○ garrett hedlund   GROUPE ○ hometown glory CODE DU RÈGLEMENT ○ vοέμβριος/Vérifié par Sarah. OÙ AS-TU CONNU LE FORUM: bazzart, la base. COMMENTAIRES, DÉDICACES 


Dernière édition par Tobias Thacker le Mar 26 Nov - 17:03, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias Thacker

avatar

MESSAGES : 34
PSEUDO : n-dia, aurore
CRÉDITS : avatar@n-dia, gif@doctorfollowill.tmblr
STATUS : single

HEART OF GOLD ✯
Adresse:
Répertoire:
Disponibilité: dispo (à voir par mp)

MessageSujet: Re: unconditionally   Dim 24 Nov - 6:11

"I try to be discreet, but then blow it again
I've lost and found it's my final mistake
She's loving by proxy, no give and all take"

Rose est partie, envolée… fanée. Voilà maintenant sept mois que la jeune femme avait décidé de mettre un terme à leur belle idylle. L’ombre de la femme plane chaque jour un peu plus autour de lui. Elle lui manque. Comme ce fantôme venu pour terroriser vos nuits entières. Elle hante ses nuits, ses rêves et son esprit. La plaie est bien trop grande pour qu’elle se cicatrise seule. Toute seule. C’était pourtant sans compter sur la présence de sa mère. Non pas qu’il voyait cette brave femme au visage affaibli comme sa confidente. Elle lui avait souvent répété, bien avant sa séparation avec Rose, qu’elle n’était pas une femme pour lui. Peut-être aurait-il dû écouter les paroles d’une mère à son fils. Ce sentiment qui nous rend surhomme – l’amour plus communément parlé – l’avait aveuglé, assourdi. Ne dit-on pas que l’amour rend aveugle ? En plus de cela, il rendait sourd. Cette séparation avait eu le mérite de lui avoir ouvert les yeux. Rose n’est pas rose, mais noir. Elle ne suintait pas la candeur, mais la vénalité. Voilà maintenant sept mois que Tobias avait retrouvé le cocon familial. Il ne l’avait pas fait de gaieté de cœur. Retourner sous le joug familial alors qu’il avait eu indépendance – quelques années plus tôt – revêtait quelque-chose de légèrement… risible ou honteux aux yeux du jeune homme. Il n’avait pas envie d’être associé à l’image de ce bonhomme qui se cachait derrière la jupe de sa mère dès que les premiers soucis venaient à semer le trouble dans son quotidien. Il n’était pas ce genre d’hommes à craindre les moindres soucis de la vie. Non. Ce n’était pas cela. Il ne voulait pas que certains esprits pensent ceci de lui. S’il était retourné vivre chez sa mère, c’était tout simplement par soucis financier. Il n’avait pas un compte en banque qui faisait rêver, bien au contraire. Par conséquence, il n’avait pas les moyens de trouver un endroit où crécher. Madame Thacker ne cachait pas cette certaine joie qui l’avait envahie au retour de son ainé. Elle était plus rassurée de savoir qu’il avait mis – elle était persuadée que c’était bel et bien lui qui avait mis un terme à cette relation et non l’inverse – et qu’il n’avait pas continué de s’enticher de cette… gourdasse comme elle l’avait surnommé.
Treize septembre. Aujourd’hui, Tobias avait enfilé son unique costume. Un habit dans lequel il était bien trop étroit. La faute à ses épaules bien trop larges et sa forte corpulence. Il faut dire qu’il portait ce type d’habit que pour les grands événements. Et encore… en général, il réussissait à fuir ce costume qui l’attendait dans son armoire pour des habits plus traditionnels. Il avait cette soudaine impression qu’à chacun de ses gestes effectués, sa veste se déchirera. Peut-être qu’un jour, il s’achètera un costume à sa taille bien qu’il ne voit aucun intérêt dans cet achat. Installé à la table, Tobby posa ses coudes sur la table alors que son poignet trouva le chemin jusqu’à la coupe de vin rouge qui faisait face à son assiette.  Il but une gorgée, manquant de peu de s’étouffer lorsque sa mère prit la parole. « Mon p’tit loup, tes coudes ! » le somma-t-elle. Il tourna la tête vers la femme. Alors qu’un petit air exaspéré se peignit sur son visage. « ‘man ! Pas devant… » souffla-t-il. Son regard balaya les personnes présentes autour de la table. Marilou et son fiancé, Louis. Il pouvait percevoir cet air moqueur s’afficher sur le visage de chacun. Marilou se mordait la lèvre inférieure, tentant vainement de contenir un petit rire. « Voyons, ce n’est que ta sœur. » dédramatisa la mère de famille. Il se racla la gorge, passant une main sur son visage. Il pouvait s’estimer qu’elle ne l’ait appelé ainsi que devant sa sœur. En public, elle lui aurait fait la même remontrance… accompagnée du même sobriquet, évidemment (sinon ce n’est pas drôle, n’est-ce pas ?). Un léger soupir s’échappa de la bouche du jeune homme. Il se leva et partit chercher la suite du repas.  Dans la cuisine, il pouvait entendre les voix des femmes de la famille tonnaient en chœur. Il n’avait aucune idée de ce qu’elles pouvaient bien se raconter ou bien comploter, mais cela avait l’air… hilarant. « Je vous entend ! » s’exclama-t-il. Les rires s’estompèrent. Laissant place à des petits murmures. Une esquisse de rictus se dessina sur les lèvres de Tobias qui continuait de s’afférer en cuisine. Il revint, quelques minutes plus tard, dans la salle à manger. Lorsqu’il entra dans la pièce, il pouvait de nouveau entendre la voix de sa jeune sœur. Il n’avait aucune d’idée de ce qu’elle parlait, mais apparemment, selon elle « il était le meilleur » et elle l’avait juré. Il fronça légèrement les sourcils. Tobias voulut bien connaître l’identité de ce il et de savoir par la même occasion dans quel domaine « Il » excellait. Il lança un petit regard interrogateur en direction de sa sœur, tant dit qu’il déposa son plat. Marilou n’était pas le genre à faire des messes basses. La voix de Louis s’éleva dans la pièce. Levant le voile de l’ignorance sur l’identité de ce « il ». « Alors comme ça, hum... Tobias, tu es musicien ? ». Le regard dudit Tobias se tourna vers le jeune homme qui venait de l’apostropher. Musicien, lui. C’était bel et bien la première que quelqu’un l’appelait comme tel. Un musicien, lui. Il fit alors le lien avec le soupçon de conversation qu’il avait pu surprendre en entrant dans la pièce. « Excellent musicien même, si je crois les paroles de Mari. ». Il sourcilla légèrement, lançant un bref regard en direction de la jeune femme qui se tenait en face de lui. Un petit rire s’échappa furtivement de sa bouche, alors qu’il tenta de reprendre une certaine prestance. « Marilou n’a toujours pas sa langue dans sa poche à ce que je vois… » souffla-t-il. Il vint à les servir un à un. Son attention se reporta sur Louis. « Et tu connais cette fâcheuse manie qu’elle a de tout exagérer. » se permit-il d’ajouter. Marilou était certainement l’une des rares personnes à savoir qu’il avait en sa possession une guitare acoustique. Pour cause, elle restait souvent dans sa chambre lorsque son frère y jouait. Ce qui avait tendance à énerver l’ainé de la famille. Evidemment, se dire « musicien » était bien trop prétentieux. Il n’avait jamais pris de cours de musique et aucune oreille musicale n’avait évalué son niveau. Il préférait alors dire qu’il savait se débrouiller. Savoir se débrouiller, c’était déjà une bonne chose. « Vous savez, moi, je ne l’ai peut-être jamais vu en jouer… mais je l’ai déjà écouté jouer ! Je peux t’assurer qu’elle ne ment pas… » souffla la mère en se penchant légèrement vers Louis. Faisant comme si elle lui chuchotait quelques mots. Tobias agita doucement la tête.  Il crut un instant au complot. « Je serais bien curieux de t’entendre jouer ! ». Ne savait-il pas que la curiosité était un très mauvais défaut ? Il n’avait certainement pas besoin de lui préciser cela. On avait tous déjà entendu cette locution lorsque l’on était enfant. Juste quelques dires pour estomper une curiosité. « Tu sais que les guitaristes sont LE fantasme premier de ces dames ? Je devrais t’inviter un de ces quatre à l’une de nos soirées. Tu ferais sensation… je parierais presqu’elles seraient toutes à tes pieds. Franchement, tu en penses quoi, Mari ? » proposa-t-il alors qu’un air songeur colora sa voix. Il ne savait pas quoi penser de cette soudaine invitation. Ce n’était pas comme si Tobias était le genre de garçon à sortir le soir régulièrement. Il ne sortait pas souvent, d’ailleurs. Une fois de temps en temps. Dans le bar du coin, avec quelques-uns de ses amis et collègues. Il y allait pour prendre un verre ou deux… ou peut-être un peu plus (mais personne ne compte le nombre de verres que l’on peut boire en soirée). « Je ne peux qu’approuver cette idée ! Je veux dire, hum, la guitare est facultative… mais… mais, ça pourrait te faire du bien, Tobby. » lança-t-elle. La guitare était facultative. Fort heureusement. Parait-il qu’une soirée… qu’une… fête… il ne savait même pas comment les personnes de son âge appelaient cela… cela pourrait lui faire du bien. Lui faire du bien. Lui-même ne savait pas ce qui pouvait lui faire du bien ou non. Il ne savait plus ce qui pouvait le soulager. Tout ceci était plein de sous-entendu. Marilou devait laisser supposer que cette invitation lui permettrait de faire le tri dans sa vie. Le tri dans ses souvenirs surtout… d’effacer les mauvais des bons souvenirs et surtout de l’oublier. Mais avait-il envie de l’oublier ? Il ne savait pas… il ne savait plus. Il vivait chaque jour, un peu plus, avec cette peine et cette blessure au cœur. Cette peine était sûrement la plus belle des sensations qui le rendait vivant. Cette peine de cœur l’enivrait, lui prenait la tête.


"I don't know where I belong in this city
Everyone's around everyone's crowding me
And I've lost the space where I breathe"
 

Appuyé contre la rambarde, son regard épousa les formes mouvantes et éphémères qui se dessinaient devant lui. Pas un bruit n’émanait de l’endroit dans lequel il se trouvait à ce moment précis. Il pouvait entendre ce souffle violent venir s’échouer contre le sable chaud. Il pouvait entendre le bruit des sabots cogner le sol.  Il écouta son souffle. Il écouta ses pas. Il n’avait d’yeux que pour lui. Que pour cet animal indompté et indomptable. Ce cheval était devenu une lueur de désespoir pour la plupart de ceux qui avaient tenté de lui donner une chance. Une dernière chance, comme ils disaient tous. Une chance. Qu’est-ce que cela voulait donc dire dans la bouche d’un homme ? Qu’est-ce que ça voulait dire « laisser une chance » à un animal ? Certainement rien. Ce cheval avait un problème. C’était ce qu’ils s’entêtaient à tous dire. Tous les noms d’oiseaux avaient été associé au prénom de Burton en un moins de temps. Burton, le cheval était devenu Burton le canasson boiteux dont on voulait se débarrasser. Et si le problème n’était pas le cheval à proprement parlé, mais eux. Eux, ces personnes qui l’entouraient. Il y avait cette expression qui disait qu’à chaque problème, il y avait une solution. Une vraie solution. Ils l’avaient bien leur solution. Ils. C’était les autres. Tobias s’était contenté de garder son avis… pour lui. Comme souvent. Comme toujours. A quoi bon. Qui l’écouterait de toute façon ? Lui, le modeste employé qui arpente les écuries avec son balai dans la main. Tobias trouverait cette solution… s’il le pouvait. Il ne quitta pas l’objet de toutes ces attentions. Il le regarda évoluer dans ce petit rond de longe, laissé en liberté. Libre de ses mouvements. Avant d’agir, il fallait observer. Longuement observer. Sagement observer. C’était l’une des choses qu’il avait appris au fil des années. Observer avant d’agir. Une étape fondamentale que tous avaient omise. Tobias remarqua le cheval s’approcher de lui d’un pas hésitant. Il ne le quitta pas des yeux alors qu’un rictus épousa les formes de ses lèvres. Burton tendit son encolure en sa direction, venant à sentir son avant-bras à l’aide de ses naseaux. Tobias resta impassible. Se contentant d’observer et de le laisser agir comme bon lui semblait. Il ne pouvait rien lui arriver de grave, il le savait cela. Il pouvait lire dans son regard une certaine lueur de détresse. Ils étaient tous aveuglés par ce désir de se débarrasser de lui qu’ils n’étaient même pas fichus de le comprendre. Burton releva brusquement la tête, venant à faire un geste. Geste de fuite, certainement. Il le regarda avec attention, trotter le long de la barrière. Tobias tourna légèrement la tête. Il put alors constater la présence d’une jeune femme. D’Earnie. Il inspira profondément. « Alors ce n’est pas une boutade ? Tu aurais une bonne conscience… » souffla-t-il, alors que son regard ne s’attarda guère sur la brune. Bien trop occupé à occulter ce cheval. Elle s’approcha de lui, venant à se poser à ses côtés. Il la regarda du coin de l’œil, sans ciller. Burton n’était pas le seul auteur de son destin. Ce n’était pas lui qui avait choisi sa destinée. Pas lui, mais elle. Elle. C’était elle qui avait été celle qui avait écrit les quelques lignes de cette fatalité. Elle seule. Il baissa légèrement la tête, observant la bride qu’elle tenait fermement entre ses mains. Il détailla l’objet quelques instants. Il n’avait pas besoin de se questionner longuement. « Hum, à ta place, je la rangerais là où je l’ai prise. » énonça-t-il brièvement, pointant du bout de menton le harnais. Fort heureusement pour lui, il n’était pas à sa place. Ses dits n’étaient qu’une bribe de conseils. Personne ne l’obligeait à prendre en compte les conseils de cet homme. Il lui lança un bref regard avant de reporter son attention sur Burton. Un frêle soupir s’échappa de sa bouche. L’attitude de cette jeune femme le blasait, le rendait las. Las de tout. Las de n’importe quoi. Las de chaque détail, de chaque mot, de chaque dit qu’on lui associait. Il n’allait pas à dire que la présence – ou la mention – d’Earnie l’horripilait. « Il ne te laissera jamais lui mettre. » lui fit-il remarquer. Il se redressa, croisant les bras sous sa poitrine. Il put lire une certaine incompréhension sur le visage de la jeune femme. Ce qui avait tendance à étirer un léger rictus sur ses lèvres. « Tu es comme les autres… tu veux juste lui montrer que tu es plus forte que lui. Mais c’est faux. Aucun de nous ne peut être plus fort que lui. Jamais, il ne nous laissera le dominer. Jamais. ». Il y a un temps où l’Homme dominait l’animal. Un temps fort révolu. La relation dominant-dominé s’était métamorphosé en cette espèce de relation teintée de complicité. Mais pourtant aujourd’hui encore, l’Homme veut se montrer fort. Plus fort que tout. Plus fort que l’animal. Plus fort que la Nature. Mais l’homme n’est pas un surhomme. La voix d’Earnie retentit soudainement : « je ne les laisserais me le prendre, Tobby. Je ferais tout pour… pour l’aider. ». Sa voix s’était montrée quelque peu hésitante sur la fin. Tobias se pinça les lèvres, l’observant sans rien dire. Il décroisa les bras, venant à enfouir ses mains dans les moches de sa veste en cuir. « Alors montre-lui. Montre-lui que tu veux l’aider. » rétorqua-t-il. C’était aussi simple que cela au fond. Il suffisait juste d’une démonstration affective. Fallait-il encore que la jeune femme s’en montre capable… là, quelques doutes persistaient à ce sujet dans l’esprit de Tobias. Il la vit entrouvrir légèrement la bouche. Il observa ses lèvres en suspend qui se dessinaient face à lui. « Et… comment ? » lui demanda-t-elle. Il sourcilla légèrement. Il ne put dissimuler cette certaine surprise qui venait de se peindre sur son visage. Comment, venait-elle de lui dire. Un petit rire s’échappa furtivement entre ses lèvres. Un rire qui ne se voulait pas moqueur. « Attends… dois-je comprendre que tu es en train de me demander mon aide ? » reformula-t-il. Il fronça légèrement les sourcils. Il ne cachait pas que cette requête était quelque peu surprenante de la part de cette jeune femme. Ce n’était pas comme s’ils avaient été longtemps complices ou amis. Complices, ils ne l’avaient d’ailleurs jamais été. Evidemment, si Tobias venait à accepter ce ne serait pas pour elle. Pas pour Earnie. Mais bel et bien pour ce cheval. Il fallait avouer qu’il n’avait jamais porté cette fille dans son cœur. Porter quelqu’un dans son cœur. Quel drôle d’expression quand même.


Dernière édition par Tobias Thacker le Mar 26 Nov - 16:31, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earnie Varley

avatar

DATE DE NAISSANCE : 02/04/1989
MESSAGES : 74
PSEUDO : noémie
CRÉDITS : Riddle, stewartkristens
TOP TEN WISHES : sauver Burton, regarder l'intégrale de Lost, apprendre à manger sainement, bivouaquer
STATUS : single

HEART OF GOLD ✯
Adresse: lambert highway
Répertoire:
Disponibilité: dispo

MessageSujet: Re: unconditionally   Dim 24 Nov - 6:22

trois... deux... un... IMPACT
bienvenuuuuuuue et encore MERCI de t'intéresser à Toby      :lovera: (j'essaye de rester sobre dans mon accueil mais le coeur y est  )

_________________
THE CLOUDS MOVE their silent thunder matches mine I know this feeling from long ago I wonder if it's gone ; now I know @themilkcartonkids

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slowen Jersey

avatar

MESSAGES : 132
PSEUDO : blindfoloded/olivia
CRÉDITS : avatar () - signature (tumblr)
TOP TEN WISHES : adopter un autre chat, avoir un peu de compagnie, changer d'appartement, trouver un autre boulot, oublier toute cette histoire, prendre rendez-vous chez le dentiste, acheter un nouveau costume, changer l'ampoule du salon, me débarrasser de cette journaliste
STATUS : single

HEART OF GOLD ✯
Adresse:
Répertoire:
Disponibilité: 0/2 (Ana, Darcy)

MessageSujet: Re: unconditionally   Dim 24 Nov - 6:52

bienvenue I love you Garett est un choix vraiment excellent  
je te le réserve pour cinq jours.  

_________________

I said now I used to think the past
was dead and gone ★★★

But I was wrong, so wrong, whatever makes you blind
Must make you strong, make you strong,
marcus foster - i was broken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: unconditionally   Dim 24 Nov - 6:54

Bienvenue, très bons choix.  
Revenir en haut Aller en bas
Tobias Thacker

avatar

MESSAGES : 34
PSEUDO : n-dia, aurore
CRÉDITS : avatar@n-dia, gif@doctorfollowill.tmblr
STATUS : single

HEART OF GOLD ✯
Adresse:
Répertoire:
Disponibilité: dispo (à voir par mp)

MessageSujet: Re: unconditionally   Dim 24 Nov - 8:03

merci à tous les trois  et contente de voir que Garrett plaise autant.   
@earnie, tu aurais pu te lâcher sur les smileys et compagnie, ce n'est pas moi que ça aurait dérangé.  et de rien, j'ai un petit coup de coeur pour Tobby (et dieu sait que c'est rare) alors c'est un plaisir de tenter. j'espère ne pas te décevoir en tout cas.  

_________________
“all my friends say i should move on, she's just another girl. don't let her stick it to your heart so hard
- just another girl, the killers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clare Perkins

avatar

MESSAGES : 23
PSEUDO : l'oisillon bleu.
CRÉDITS : .

MessageSujet: Re: unconditionally   Dim 24 Nov - 16:38

Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: unconditionally   Dim 24 Nov - 16:48

Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Ana Brawks

avatar

MESSAGES : 42
PSEUDO : shewolf ☆ clau
CRÉDITS : © bombshell.
TOP TEN WISHES : écrire cet article au plus vite, passé voir grand-mère, finir la série de livre Divergent, écouté plus des Beatles, faire un saut à la piscine, aidé papa et oncle ted avec l'écurie.
STATUS : single.

MessageSujet: Re: unconditionally   Lun 25 Nov - 3:04

Bienvenue sur le forum.

_________________

"It’s spiraling down, biting words like a wolf howling. Hate is spitting out each others mouths. But we’re still sleeping like we’re lovers." (@ladynadine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias Thacker

avatar

MESSAGES : 34
PSEUDO : n-dia, aurore
CRÉDITS : avatar@n-dia, gif@doctorfollowill.tmblr
STATUS : single

HEART OF GOLD ✯
Adresse:
Répertoire:
Disponibilité: dispo (à voir par mp)

MessageSujet: Re: unconditionally   Mar 26 Nov - 17:04

que de jolis avatars  
merci beaucoup de l'accueil.  

_________________
“all my friends say i should move on, she's just another girl. don't let her stick it to your heart so hard
- just another girl, the killers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earnie Varley

avatar

DATE DE NAISSANCE : 02/04/1989
MESSAGES : 74
PSEUDO : noémie
CRÉDITS : Riddle, stewartkristens
TOP TEN WISHES : sauver Burton, regarder l'intégrale de Lost, apprendre à manger sainement, bivouaquer
STATUS : single

HEART OF GOLD ✯
Adresse: lambert highway
Répertoire:
Disponibilité: dispo

MessageSujet: Re: unconditionally   Mar 26 Nov - 17:30

Tobias Thacker a écrit:
@earnie, tu aurais pu te lâcher sur les smileys et compagnie, ce n'est pas moi que ça aurait dérangé.  et de rien, j'ai un petit coup de coeur pour Tobby (et dieu sait que c'est rare) alors c'est un plaisir de tenter. :**:j'espère ne pas te décevoir en tout cas.  
atta je me rattrape
Spoiler:
 
et je maitiens que tu ne m'as pas déçue du tout, doux jésus

_________________
THE CLOUDS MOVE their silent thunder matches mine I know this feeling from long ago I wonder if it's gone ; now I know @themilkcartonkids

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias Thacker

avatar

MESSAGES : 34
PSEUDO : n-dia, aurore
CRÉDITS : avatar@n-dia, gif@doctorfollowill.tmblr
STATUS : single

HEART OF GOLD ✯
Adresse:
Répertoire:
Disponibilité: dispo (à voir par mp)

MessageSujet: Re: unconditionally   Mar 26 Nov - 17:38

ah c'est mieux comme ça.  
merci beaucoup en tout cas, ça me fait (toujours autant) plaisir de le lire.   

_________________
“all my friends say i should move on, she's just another girl. don't let her stick it to your heart so hard
- just another girl, the killers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlin Rhedon
LITTLE SNOWBIRDTake me with you when you go to that land.
avatar

DATE DE NAISSANCE : 05/12/1996
MESSAGES : 1146
PSEUDO : faithfully ○ sarah.
CRÉDITS : avatar @fluffypaws, sign @tumblr.
MULTICOMPTES : daphne kessler.
TOP TEN WISHES : fight against animal abuse, kiss milo's perfect lips, create her own company, have an appartment of her own, being less shy, have her diplome with at least one mention, get wasted.
STATUS : single lady in love.

HEART OF GOLD ✯
Adresse: the biggest house of campbell drive, w/ her parents.
Répertoire:
Disponibilité: 0/3 topics (feat. membre ✻ membre)

MessageSujet: Re: unconditionally   Mar 26 Nov - 17:48

Oh mon dieu, Garrett + le scénario. Bienvenue parmi nous. I love you
Puisque Noémie semble être satisfaite de ta fiche et que celle-ci est juste superbe, je te valide, bon jeu !  

_________________

I'VE NEVER SEEN A DIAMOND IN THE FLETCH I cut my teeth on wedding rings in the movies. And I'm not proud of my address. In the torn up town, no post code envy {royals @lorde}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias Thacker

avatar

MESSAGES : 34
PSEUDO : n-dia, aurore
CRÉDITS : avatar@n-dia, gif@doctorfollowill.tmblr
STATUS : single

HEART OF GOLD ✯
Adresse:
Répertoire:
Disponibilité: dispo (à voir par mp)

MessageSujet: Re: unconditionally   Mer 27 Nov - 7:05

merci beaucoup   

_________________
“all my friends say i should move on, she's just another girl. don't let her stick it to your heart so hard
- just another girl, the killers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: unconditionally   

Revenir en haut Aller en bas
 
unconditionally
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ONE WAY TICKET :: Keeper of the stars :: Jump right in-
Sauter vers: