AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ✰ life has always some trick hiden. (s.j.)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ana Brawks

avatar

MESSAGES : 42
PSEUDO : shewolf ☆ clau
CRÉDITS : © bombshell.
TOP TEN WISHES : écrire cet article au plus vite, passé voir grand-mère, finir la série de livre Divergent, écouté plus des Beatles, faire un saut à la piscine, aidé papa et oncle ted avec l'écurie.
STATUS : single.

MessageSujet: ✰ life has always some trick hiden. (s.j.)   Sam 16 Nov - 16:32

Sometimes, when you don't ask questions,
it's not because you are afraid that someone will lie to your face. It's because you're afraid they'll tell you the truth.

giftvd@tumblr - jodi picoult.

Elle tire le rideau de sa chambre dans un soupir. Si elle avait cru que les réveils étaient simple, elle se méprenait depuis le départ. Chaque fois que le soleil se levait, même les weekend, ces rayons venaient chatouiller ces yeux et la dérangé lors d'un sommeil profond. Si en premier lieu Ana c'était levé pour aller tiré le rideau afin de dormir par après, elle fut contraire de resté debout, la lumière chaude lui procurant un bien fou. Ces températures étaient parfaites et s’accommodait bien au quotidien de Kingston. Elle e rendit en cuisine avec son portable, regardant sur l'écran l'horaire de sa journée. Depuis plusieurs jours elle avait eu en tête ce rendez-vous d'affaire, ou plutôt l'interview, avec le pianiste sur lequel elle devait écrire un article. Elle se prit rapidement un verre de lait, pas question de se prendre un café le matin, surtout qu'elle s'en allait là-bas. Il était déjà huit heure et elle devait s'y rendre pour neuf heure, donc elle accéléra le pas afin de se rendre dans sa penderie. Elle sélectionna après plusieurs minutes d’indécision un simple t-shirt olive foncé avec un slim en faux cuir, accompagnant le tout d'une veste bourgogne avec des manches en cuir noir. Elle sortit rapidement de sa chambre pour se rendre au salon, prendre son portable, enfilé ces petites bottes courte à talons haut noir. Enfin prête, elle se regarda dans le miroir de l'entré et partie après un moment dans les rues de la ville. Étant donné que le café était prêt - ou plus ou moins - de chez elle, il était plus accessible à pied et elle ne voyait pas de raison de polluer la planète en utilisant sa voiture. Ana arriva au café la première, un petit sourire sur son visage. Elle n'avait pas apporter de papier pour noter ou quoique ce soit. Ce n'était pas son genre. Elle utilisait sa mémoire progressive qui enregistrait tout pour elle. Après plusieurs minutes à attendre prêt de la portes elle se décida d'entré et de prendre place, réservant un siège à sa droite. Elle commanda un chocolat chaud avec de la cannelle ainsi qu'un muffin au bleuet, ne pouvant pas supporter le café à cet heure de la journée. Ana regarda de nouveau la porte et fut heureuse de voir le pianiste la franchir. Un sourire sur son visage, elle se leva pour l'accueillir. « Bonjour, monsieur je dois nourrir mon chat. » Amusé elle lui aurait bien fait la bise, mais ce n'était pas dans ces habitudes avec les hommes musiciens. Elle préféra s'asseoir avant de lui désigné la place à côté.

_________________

"It’s spiraling down, biting words like a wolf howling. Hate is spitting out each others mouths. But we’re still sleeping like we’re lovers." (@ladynadine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slowen Jersey

avatar

MESSAGES : 132
PSEUDO : blindfoloded/olivia
CRÉDITS : avatar () - signature (tumblr)
TOP TEN WISHES : adopter un autre chat, avoir un peu de compagnie, changer d'appartement, trouver un autre boulot, oublier toute cette histoire, prendre rendez-vous chez le dentiste, acheter un nouveau costume, changer l'ampoule du salon, me débarrasser de cette journaliste
STATUS : single

HEART OF GOLD ✯
Adresse:
Répertoire:
Disponibilité: 0/2 (Ana, Darcy)

MessageSujet: Re: ✰ life has always some trick hiden. (s.j.)   Dim 17 Nov - 6:30

Il n’avait aucune envie d’aller à ce rendez-vous. S’il avait été célèbre, s’il gagnait beaucoup d’argent ; il aurait probablement compris ce soudain engouement pour sa personne ou bien aurait tout simplement engagé un agent qui l’aurait alors convaincu de s’y rendre. Là, il était seul. Il devait décider comme un le grand qu’il était. Heureusement pour lui, il était réveillé depuis un bon moment maintenant. Disons que Wen n’a pas vraiment le sommeil facile et s’il dort trois heures par nuit, cela ressort du miracle. Il y a des images, des souvenirs qui l’empêchent de fermer les yeux. A vrai dire, il en a tellement peur qu’il n’ose même pas fermer les paupières plus d’une minute. La mort de son meilleur ami l’a trop affecté pour oublier, cette guerre l’a beaucoup trop marqué pour l’effacer de sa mémoire et malheureusement, le jeune homme doit vivre avec ces souvenirs permanents qui ne veulent pas faire marche arrière et le laisser en paix l’espace d’un instant. Quoiqu’il en soit, après une longue hésitation, il se décida enfin à prendre une douche, à s’habiller d’un simple jean, d’un tee-shirt et d’une veste qui ferait sans doute plus classe pour une rencontre telle que celle-ci. Il se coiffa très rapidement et sortit de son appartement d’un pas toujours aussi hésitant. Qu’est-ce qu’elle lui voulait au juste ? Découvrir ses moindres secrets dans l’unique but de le faire plonger dans l’opinion publique ? Car oui, depuis qu’il était revenu à Kingston et qu’il s’était trouvé cette vocation de pianiste, Slowen était parvenu à conquérir un certains nombres de personnes qui depuis, lui sont fidèles à chacune de ses apparitions. Pour le moment, ses cours de musique ne donnaient pas quelque chose de très intéressant, mais il est certain que d’ici peu, pas mal de personnes seront en train d’attendre à sa porte. Sortant de l’immeuble dans lequel il vit, Slowen rejoignit le café en dix minutes à peine. L’avantage de vivre tout près de ce dernier. Lorsqu’il jeta un coup d’œil à la vitrine, il aperçut la jeune femme qui attendait à une table. Il jubilait à l’avance de la voir attendre après lui. Du coup, il prend le temps de fumer une cigarette qui se trouvait par hasard dans la poche de sa veste. Tout artiste doit savoir se faire attendre un peu. Après quelques minutes, il se décida enfin à rentrer dans le petit café, saluant la jeune journaliste d’un sourire sincère. Disons que si elle n’avait pas cherché depuis le début à lui poser des questions, à l’espionner, il aurait probablement été plus accueillant et aurait accepté avec plaisir de lui parler de quelques détails sur sa vie. Au lieu de ça, elle était restée assise à plusieurs reprises lors de ses représentations sans jamais rien dire, sans même noter quoi que ce soit. Elle devait avoir une sacrée mémoire. « Mon chat est mort de faim justement, » dit-il d’un ton plutôt sarcastique. Il eut envie d’ajouter que de sa faute, il n’était pas arrivé chez lui à temps et ce gros matou était mort de faim. Cependant, ce n’était pas vrai et il cherchait même à en adopter un second. Peut-être une femelle, allez savoir. Prenant place à côté de cette dite Ana –heureusement elle avait eu la bonne idée de se présenter la fois dernière- il commanda un café. Croisant les mains sur la table, il ne lâcha pas le regard du visage de la journaliste. Slowen aurait certainement pu la séduire, user de ses charmes pour la mettre dans son lit. Pourtant, elle devait être suffisamment curieuse pour qu’il ne tente pas une telle chose. « Bon, qu’est-ce que vous voulez savoir sur moi ? Je n’ai pas beaucoup de temps donc faites vite. » Il n’avait rien de mieux à faire de sa journée à vrai dire. C’était juste un prétexte pour lui faire perdre le fil des choses et sans doute passer quelques questions auxquelles il serait incapable de lui répondre.

_________________

I said now I used to think the past
was dead and gone ★★★

But I was wrong, so wrong, whatever makes you blind
Must make you strong, make you strong,
marcus foster - i was broken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana Brawks

avatar

MESSAGES : 42
PSEUDO : shewolf ☆ clau
CRÉDITS : © bombshell.
TOP TEN WISHES : écrire cet article au plus vite, passé voir grand-mère, finir la série de livre Divergent, écouté plus des Beatles, faire un saut à la piscine, aidé papa et oncle ted avec l'écurie.
STATUS : single.

MessageSujet: Re: ✰ life has always some trick hiden. (s.j.)   Lun 18 Nov - 17:18

Son premier instinct lorsqu'elle interviewait quelqu'un était de tout faire pour savoir le plus d'information avant l'entrevue. Avec Slowen Jersey, les choses étaient différentes. Bien qu'il soit un pianiste hors pair, sans doute, elle sentait une sorte de barre à atteindre. Elle se fixait des objectifs pour cette rencontre avec lui. Pourtant, ce ne serait qu'un simple café. Aucune embuscade ou tempête allait leur tombé sur la tête sans raison. Elle se détrompa pourtant en arrivant à l'endroit prévu, l'Ochestria Café. Ana avance à travers le petit restaurant cherchant des yeux le pianiste qu'elle ne vit pas. Après plusieurs secondes, elle prit place à une table. Ces prunelles se concentrèrent sur l'extérieur et la température ambiante du moment. Un léger sourire amuser apparut sur son visage. Il se tient à l'extérieur en train de fumé. Il n'était pas le genre de garçon à se faire patienter, pourtant, d'après ce qu'elle avait pu lire sur lui. Ces recherches ne l'avait pas amené à grand chose. Alors que la plupart des femmes du journal s'était vite mise en mode excitation fasse à cet entrevue. Si elles croyaient que Ana allait tout déballé de la vie privée du pianiste, elle se fourrait largement le doigt dans le nez. Après un moment, Slowen entra dans le café. Un sourire sur le visage de Ana montre qu'elle est contente de le voir là. Après tout, il aurait pu ne pas vouloir la rencontré. Mais trop gentil pour ça, pour elle, il avait tout simplement accepté. Son sourire s'effaça aussitôt qu'il mentionna que son chat était décédé à cause d'elle. Elle fronce le regard avant de se sentir inconfortable. « Pardon? C'est une blague? » Petite fille de la campagne, elle pleurait jamais fois qu'un animal quittait la surface de la terre. C'était son côté sensible, sûrement le seul d'ailleurs. Elle prit une longue gorgée de son chocolat chaud puis ferme les yeux pour chasser ces vilaines idées de sa tête. Elle se retourne lentement et sent le regard de son interlocuteur plongé dans le sien. Pendant un court instant, elle tente en vain de distinguer ces traits. Ces yeux d'un brun profond, ces cheveux soyeux - elle en était sur - d'un brun parfait qu'on le croirait faux, sa peau particulièrement pleine de vie, cette légère repousse de barbe sur son visage, les formes carré de son visage et les fossettes qui se creusait doucement lorsqu'il avait un sourire. Chose qui arrivait rarement cependant. Ana détourne les yeux, presque gêné. Il avait ce regard qui vous sentait mise à nu. Le genre qu'elle devait naturellement avoir en tant que journaliste. Les paroles qu'il prononce lui confirme qu'il est guerre intéressé à parler des heures avec elle. Cinq minutes ferait même plutôt bien son affaire. Ana s'éclaircit la gorge et plonge son regard dans le sien. « Écoutez. Si vous pensez que j'aime ça, épier votre vie, détrompez-vous. » Elle prit une pause pour se détendre, tournant son corps fasse à celui du brun à côté d'elle. « Essayons, du moins, de rendre ça moins pénible autant pour vous que moi. Je ne compte pas écrire un roman sur votre vie, qu'un simple article sur votre art. Sur vos inspirations, votre façon de joué, vos rituels avant un concert. Je ne parlerai que de votre vie professionnel. Au diable le reste. » Elle sentit une fierté monter en elle. En deux secondes, elle avait réduit le rêve des femmes de son bureau à néant et elle se marrait bien de ça. Un sourire compréhensif passe sur son visage qui s'est adoucit avec ces paroles. Pleine d'assurance, elle sait très bien qu'elle pourrait écrire cet article sans l'avoir rencontré. Mais elle avait sentit le besoin. Après un moment, elle se rendit compte que peut-être elle avait sonné froide, refusant de connaître sa vie personnelle. Non pas qu'elle ne veut pas, mais elle ne croit seulement pas qu'il veuille parler de ces détails avec elle, Ana Brawks, journaliste.

_________________

"It’s spiraling down, biting words like a wolf howling. Hate is spitting out each others mouths. But we’re still sleeping like we’re lovers." (@ladynadine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slowen Jersey

avatar

MESSAGES : 132
PSEUDO : blindfoloded/olivia
CRÉDITS : avatar () - signature (tumblr)
TOP TEN WISHES : adopter un autre chat, avoir un peu de compagnie, changer d'appartement, trouver un autre boulot, oublier toute cette histoire, prendre rendez-vous chez le dentiste, acheter un nouveau costume, changer l'ampoule du salon, me débarrasser de cette journaliste
STATUS : single

HEART OF GOLD ✯
Adresse:
Répertoire:
Disponibilité: 0/2 (Ana, Darcy)

MessageSujet: Re: ✰ life has always some trick hiden. (s.j.)   Jeu 28 Nov - 17:16

Comment pouvait-elle croire une seule seconde qu’il en était arrivé à laisser son chat mourir de faim. Bien au contraire. Il aurait tendance à penser qu’il est bien trop gros. Parfois, Slowen a même du mal à le porter tellement il pèse lourd. Quoiqu’il en soit, jamais il ne chercherait à faire du mal à une bête, surtout pas à son chat qui ne lui sert pas seulement de peluche, mais aussi de compagnie. A défaut de passer pour un fou, il lui arrive de lui parler, de lui raconter sa journée comme il le ferait avec n’importe quelle autre personne. Quand il s’en rend compte, bien évidemment, il comprend que c’est une bêtise, que cette bestiole ne pourra jamais lui répondre, ni même le comprendre d’ailleurs. Le jeune homme esquissa alors un charmant sourire, avant de tenter une réponse qui pourrait probablement la rassurer. « Oui, c’était une blague, mais ça valait vraiment le coup de la faire car en voyant votre tête … » D’accord, il était peut-être un peu moqueur, mais vraiment, il faut le voir pour le croire. Le pianiste l’imagine parfaitement entrain de pleurer sur le cadavre d’un pauvre hérisson, victime d’un chauffard fou qui n’aurait pas pris deux minutes pour le mettre sur le bas-côté et laisser alors l’occasion aux autres automobilistes d’écraser d’autant plus sa carcasse. Malgré tout, cette image lui donna froid dans le dos. Depuis quand avait-il des pensées aussi macabres et horrifiques ? Reprenant son sérieux et ses esprits, il se concentra sur la conversation qui allait avoir lieu d’ici quelques instants. Disons qu’il n’est pas très heureux d’avoir ce rendez-vous ou du moins, pas dans son contexte. Soyons clairs, Ana est loin d’être une jeune femme déplaisante et elle avait dû en faire tomber plus d’un au cours de sa jeune vie. Lui n’était qu’un pauvre militaire qui avait perdu son meilleur ami, celui qu’il avait considéré pendant longtemps comme son frère et s’était retrouvé dans cette petite ville comme ce pianiste qu’elle cherchait désormais à interroger. « Je n’ai pas vraiment de rituel, » commença-t-il à avouer, sans commenter ce que la jeune femme venait de lui dire. « Je monte sur scène, pose les doigts sur le piano et commence à jouer sans même me rendre compte que je suis réellement en train de le faire. Je dois vous avouer que je n’ai jamais été un passionné de musique, mais depuis que je suis rentrée de la guerre, je ne sais pas … » Il fit une brève pause, revoyant défiler toutes ces images d’horreur devant ses yeux. Devait-il vraiment parler de cette période avec une journaliste tandis qu’il essayait de cacher cette facette douloureuse de sa vie à toute nouvelle personne qu’il rencontre ? Néanmoins, Slowen continua son récit. « Ça me permet d’oublier ce qu’il s’est passé là-bas, les images avec lesquels on nous laisse une fois que l’on rentre. » Il laissa le café infiltrer sa bouche, encore chaud, avant de continuer. « Mais je ne suis pas certain que vous puissiez comprendre ce sentiment. A moins que vous ayez pu le percevoir en m’espionnant lors de mes récitals. » Il n’essayait pas d’émettre un soupçon de jugement, mais il lui arrivait de croire que tout ce que peuvent vivre les autres ne sera jamais rien comparer à ce qu’il a dû endurer durant de longs mois. Mais après tout, tout le monde a le droit à l’erreur.

_________________

I said now I used to think the past
was dead and gone ★★★

But I was wrong, so wrong, whatever makes you blind
Must make you strong, make you strong,
marcus foster - i was broken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ✰ life has always some trick hiden. (s.j.)   

Revenir en haut Aller en bas
 
✰ life has always some trick hiden. (s.j.)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ALLEY OF MIKADO :: Musgrave Street :: Ochestria Café-
Sauter vers: